La Rosée

C’était la rosée

Devant lui j’étais

Il regardait vers moi

Toujours aux pommes

Sur ses lèvres errait un sourire éclair

Il semblait que le temps était beau

Un temps chaud, un temps de couleur

Je croyais voir mes écrits dans ses yeux

Une mèche, un brin d’onduler

Cette goutte pure dans l’air

Qui tombait comme une chevelure sur son épaule

Comme une cascade sur le creux d’une roche

Comme la dernière goutte d’une pluie

Et je vis sa main virile et imposante

Je me suis dit: il cherche à séduire

Efforts gracieux mais superflus

Cette fraîcheur tendre était son seul émoi

Ce qu’il aimait c’était ça

Ce qu’il admirait ce n’était pas moi

Hélas Ce dernier jour de l’hiver

Sans doute le premier jour du printemps


Share
Copie et reproduction interdite: L'ensemble des textes sont protégés par le droit d'auteur. Tout manquement entraine des poursuites
Posted in Poetry